Free songs

Ce qu'il fautSavoir !

Le saviez-vous ?Connaissez-vous ?Ils ont marqué l'histoire...
La magie a souvent été associée à la sorcellerie…

Déjà au 16ième siècle, Réginald Scot dévoile de nombreux trucs de magie dans son livre « The Discovery of Witchraft ». Il a pour but de convaincre le roi d’Écosse de ne pas condamner les magiciens pour sorcellerie puisque leur magie ne consistait qu’à présenter des tours d’escamotage.

Pour percer dans le domaine de l’illusion, chaque magicien doit développer son propre style, on nomme :

Harry Houdini – Le roi de l’évasion
Considéré comme le plus grand magicien de tous les temps, Houdini est passé maître dans l’art de se défaire de ses liens ou de s’évader des prisons dans lesquelles on l’enfermait. Il a également acquis sa notoriété en tentant de démasquer les médiums. Il exposait publiquement les trucs d’illusionnistes que ces derniers utilisaient. Lors de ses spectacles, il montrait qu’il y a toujours un truc dans ses tours, tout en gardant secrètes ses meilleures astuces. Ses tours célèbres consistent à s’évader d’une malle remplie d’eau, fermée et enchaînée, ou d’un bidon en métal.

Criss Angel – Le magicien gothique
Criss Angel s’est fait connaître en 2005 grâce à ses émissions télévisées, notamment Mindfreak, diffusé en France sous le nom de Criss Angel : Le Magicien gothique sur la chaîne Planète No Limit et A&E Network dans les pays anglophones. Il y présente des créations d’illusions et des réadaptations de classiques de la magie. Il y fait même des performances de fakirisme (terme employé pour désigner des individus qui réalisent des actes semblant magiques ou surhumains). Il s’entoure d’autres magiciens de partout dans le monde.

Criss Angel pratique ce que l’on appelle le « street magic » qui consiste à sortir la magie des lieux de spectacles pour l’exercer dans la rue. Ainsi, son émission Mindfreak est principalement tournée en extérieur dans les rues, les hôtels ou parfois dans des bars. Il a également fait une série d’illusions dans un ranch de l’est des États-Unis.

David Copperfield – Le maître des grandes illusions
David Copperfield serait le magicien américain le plus connu à travers le monde. Il est un illusionniste complet, on le compare à Jean Eugène Robert-Houdin. Son œuvre est marquée par une constante recherche scénographique. Il a le goût du gigantisme et il est reconnu pour la gestion de ce que l’on appelle le « climax » dans ses numéros d’évasion spectaculaire. Il excelle également dans la magie de proximité (avec pièces, cartes, cigarettes, etc.). On retrouve beaucoup d’élégance, de féérie, de sensualité, d’inventivité, de technicité et d’éléments spectaculaires dans ses spectacles.

Henning Doug – Un magicien hippie
Ce magicien américain révolutionna la façon de présenter la grande illusion en produisant des spectacles à Broadway avec un style hippie bien à lui.

Jean Eugène Robert-Houdin – Le Père de la magie moderne
Savant magicien, après des études d’horlogerie, il devient célèbre pour l’invention de nombreux automates et tours de magie qu’il présentait avec succès dans ses « Soirées fantastiques ». À son programme : la suspension éthéréenne de son fils, le tour de l’oranger et le carton à dessins d’où il retirait une foule d’objets comme des oiseaux vivants, des foulards, etc. Il mit également au point un tour spectaculaire où il se faisait tirer dessus par un spectateur qui se voyait remettre un fusil et une balle. Un musée situé à Blois lui est totalement consacré.

 

Qu’il existe un code d’éthique pour les magiciens 
Chaque association de magicien possède une chartre qui vise à faire respecter la règle du secret pour protéger la profession. Le secret et le respect des autres magiciens sont à la base de l’éthique des magiciens.

À titre d’exemple
Les postulants à la Fédération française des artistes prestidigitateurs (FFAP anciennement AFAP) doivent prêter le serment solennel suivant :

« Je jure en tant que membre de la FFAP d’observer fidèlement les règles de cette Association et de me soumettre à toutes décisions prises par le Conseil de l’Ordre. De ne divulguer aucun secret ni de le décrire dans des ouvrages ou des publications pouvant être lus par des profanes. De ne rien dire ou décrire de ce que je verrai ou entendrai aux réunions de la FFAP à moins d’une autorisation expresse du Conseil de l’Ordre. D’être loyal envers mes confrères et de pratiquer l’art de la Prestidigitation avec conscience et honneur. »

 

Qu’il existe des associations et réseaux de magiciens
Ces associations protègent la profession par l’utilisation du code d’éthique pour magiciens et facilitent la collaboration entre les professionnels de la magie. En effet, plusieurs magiciens s’échangent des tours pour les adapter par la suite à leur propre spectacle.

En France
> FFAP – Fédérations Française des Artistes Prestidigitateurs
> CFI – Cercle Français de l’Illusion

En Europe
> FESM – Fédération Européenne des Sociétés Magiques
> AFI – Académie Françaises des Illusionnistes
> FISM – Fédération Internationale des Sociétés Magiques

Aux États-Unis
> The Society of the American Magicians
> The International Brotherhood of Magicians

 

Qu’il existe des écoles de magie 
Pour ceux et celles qui désirent apprendre les rudiments de la magie et les principes fondamentaux de la prestidigitation, plusieurs écoles offrent des cours. Lors de ces formations, divers accessoires tels que les jeux de cartes, élastiques, balles, cordes ou autres sont utilisés pour la pratique des tours de magie. Les cours sont offerts autant aux débutants qu’aux professionnels passionnés par cet art du divertissement et qui désirent perfectionner leurs habiletés

En Europe (France)
> L’Académie et l’école de Magie au Musée de la magie

Aux Etats-Unis
> SAM – The Society of the American Magicians

La petite histoire de la magie
L’univers mystérieux de la magie a toujours suscité beaucoup de curiosité et de fascination. La magie est un art très ancien, de tous les temps elle occupe une place de divertissement importante. Déjà, l’homme des cavernes pratiquait des tours d’escamotage. Souvent associée à la religion, la magie était utilisée par les prêtres pour maintenir le pouvoir du pharaon sur le peuple. D’ailleurs, le mot magique provient d’un mot ancien « mage » qui se réfère à un prêtre des Mèdes et des Perses. La bible fait également référence à la magie en citant Moise qui aurait transformé son bâton en serpent devant le pharaon. Au Moyen Âge, les magiciens et autres artistes de la rue pratiquaient la prestidigitation. Au fil des siècles, les techniques de la magie se sont développées et raffinées. La magie est en constante évolution. Aujourd’hui, les virtuoses de la magie nous entraînent dans un univers d’illusions, souvent spectaculaire, en nous émerveillant par la fascinante agilité de leurs mains et la vivacité de leur esprit.

Les plus vieux tours de magie
À Rome, l’Acetabularius (le magicien : joueur de gobelets ou de verres de vinaigre) présentait les plus vieux tours de magie connus que sont les « Balles et gobelets ».

Un autre magicien canadien 
Mandrake Leon
Ce magicien canadien a fasciné le public nord-américain de 1930 jusqu’aux années 1980. De ses débuts dans les boîtes de nuit clinquantes jusqu’à ses prestations sur les plus grandes scènes, il s’est imposé comme un maître de la télépathie, de la magie à grand déploiement et de la micromagie. Et il a su s’adapter aux époques, passant avec aisance de la scène à la télévision avec son épouse et partenaire, Velvet.

La différence entre la micromagie, la prestidigitation et l’illusionnisme

Le pickpocketisme ou vol à la tire « voler dans la poche » consiste à de dérober des objets (montres, portefeuilles, argent, cravates ou autres) à l’insu du des personnes. Ce sont les pickpockets dits de music-hall qui exécutent généralement ces tours. Il y a peu de rapport avec celui pratiqué dans la rue. Cette discipline est un spectacle et un art à part entière qui exige des techniques spécifiques. Bien que la dextérité et la rapidité soient au cœur de l’art du pickpocketisme, une grande part de la réussite est due à l’observation, l’écoute, la psychologie, la communication verbale et non verbale. également sur une parfaite connaissance des mécanismes mentaux humains : technique, L’art de cette discipline se fonde gestuelle, timing, rythme, regard et temps. Il requiert également le décodage du comportement et de la personnalité de l’interlocuteur et des techniques d’improvisation, entre autres. Chacun des sens humains peut être trompé par une illusion, le pickpocket doit en comprendre le fonctionnement et chercher le moyen de les tromper. Ce sont les illusions visuelles qui sont les plus connues.

La prestidigitation et l’illusionnisme sont deux arts bien différents. La prestidigitation est un art qui peut être pratiqué avec un minimum de matériel. Elle consiste à produire des illusions par l’adresse des mains ou par des moyens optiques. Le mot prestidigitation vient du latin qui signifie : action, jeu rapide, agilité des doigts. La prestidigitation est un art plus intime et plus familier que l’illusionnisme qui n’exige aucun appareil compliqué. Quelques petits objets, ou quelques appareils très simples, quelques petits truquages faciles à réaliser et on peut produire des illusions, n’importe où et à tout moment.

L’illusionnisme est une science, parce qu’elle exige des connaissances sur les forces de la nature. C’est également un art, parce qu’elle nécessite de l’adresse, de la présence d’esprit, un assez long apprentissage, un entraînement continuel et une certaine sensibilité. Elle met aussi parfois à contribution la chimie et la mécanique. Elle nécessite des substances ou appareils spéciaux que l’illusionniste doit se procurer, ou fabriquer lui-même. Cet art est aussi connu sous le nom de «magie blanche» parce qu’emploient les ressources de la nature pour l’agrément du public, alors que la magie noire ne s’en sert que pour le mal.

Les spécialités de la prestidigitation

La micromagie, aussi appelée magie rapprochée, magie de proximité ou close-up en anglais signifiant « gros plan » est l’art de faire de la prestidigitation à quelques centimètres des spectateurs avec un public restreint. Ce type de magie est apparu aux États-unis à la fin des années 70 et est arrivé en France au milieu des années 80. La micromagie se pratique généralement de table en table (table hoping), en cocktail dînatoire (walk around) ou en allant de groupe en groupe lors des cocktails (strolling magic).

Escapologie : ou l’art de l’évasion en prestidigitation, est l’art d’échapper à toutes sortes d’entraves (coffre, cordes, chaînes, etc.).

Mentalisme : un courant de l’illusionnisme dont les thèmes de prédilection sont le paranormal et le potentiel humain dont l’objectif est de divertir le public.

Cartomagie : une spécialité de prestidigitation qui recourt à l’usage de cartes à jouer afin de produire des illusions. Cette discipline de la magie se focalise sur l’art des cartes à jouer. Le prestidigitateur utilisant les cartes est appelé cartomane ou cartomagicien. La cartomagie est le plus souvent présentée de près en close-up mais parfois également sur scène.

La grande illusion est une discipline de prestidigitation, magie de scène. Généralement, le numéro est composé de plusieurs tours de magie qui utilisent des appareils mettant en œuvre divers trucages astucieux faisant souvent appel à des illusions d’optique pour bluffer le public. L’évolution des spectacles de grandes illusions incorpore des éléments scéniques, musicaux et chorégraphiques. On compte plusieurs grandes illusions classiques dont: la femme coupée en deux, la femme zigzag, la malle des indes, les apparitions, disparitions, réapparitions d’une personne ou d’un animal, ainsi que les diverses lévitations et suspensions.

Magie bizarre consiste à raconter une histoire fondée sur des faits historiques ou non pour créer une atmosphère (généralement sombre), tout en y incluant des effets magiques destinés à créer des temps forts au cours du récit.

Magie de cabaret est plus adaptée à une magie comique privilégiant les jeux de mots et interpellation des spectateurs.

Faits cocasses

David Copperfield
Six pays ont trouvé opportun de créer un timbre postal à l’effigie du magicien de renommée internationale, David Copperfield.

Criss Angel
Lors de l’épisode du 31 octobre 2007, le « paranormaliste » Jim Callahan réalise une soi-disant invocation de l’auteur Raymond Hill pour découvrir le contenu d’une boîte fermée. Bien que le juge Uri Geller soit impressionné par la performance, Angel déclare qu’elle était « comique » et défie Callahan et Geller de deviner le contenu de deux enveloppes qu’il tire de sa poche offrant un million de dollars de son propre argent à quiconque serait capable de deviner leur contenu. Personne ne réussit.

L’assistante du magicien
Le rôle de la jolie dame qui accompagne parfois les magiciens, dans les numéros de type « grande illusion» n’est pas seulement d’aider le magicien, mais aussi de détourner l’attention du public aux moments critiques du tour.

Faits troublants

Chung Ling So
Un autre grand magicien, Chung Ling So, un américain qui se fit passer pour un magicien chinois eut moins de chance que Robert Houdin. Alors qu’il reprenait la fameuse expérience de « L’homme invulnérable » inventé par Houdin en se faisant tirer dessus chaque soir par un spectateur, il mourut sur scène à l’âge de 57 ans en mars 1918. Une vraie balle l’avait atteint. Toutefois le mystère demeure, s’agissait-il d’un accident ou d’un meurtre ?

Harry Houdini
Le célèbre magicien serait lui aussi décédé dans des circonstances en lien avec un tour de magie présenté devant public au Princess Theatre de Montréal le 22 octobre 1926. Houdini demandait souvent à une personne du public de lui infliger un coup de poing dans le ventre pour prouver qu’il était invincible. Un jeune étudiant de l’Université McGill du nom de Joselyn Gordon Whitehead a demandé à Houdini s’il pouvait endurer des coups de poing au ventre. Après une réponse affirmative d’Houdini, l’étudiant s’élança sur le magicien et le frappa à de multiples reprises au bas ventre. Houdini se plaignit ensuite de douleurs au ventre. Quelques jours plus tard, soit le jour de l’Halloween Houdini décède d’une péritonite par une rupture de l’appendice. La controverse entourant la cause véridique de sa mort est due au fait que le célèbre magicien souffrait de maux de ventre depuis quelques mois déjà.

Références – quelques films qui ont pour thème la prestidigitation

L’Illusionniste (The Illusionist) est un film américain historique fantaisiste de Neil Burger, sorti en 2006 aux États-Unis. Librement inspiré d’une nouvelle de Steven Millhauser, Eisenheim the Illusionist, le film raconte l’histoire d’un magicien à la fin du XIXe siècle à Vienne. L’illusionniste présente des tours qui réclament un art de l’escamotage très élaboré, dont le maître en la matière, Robert-Houdin, pourrait être l’inspirateur. Le film utilise notamment le tour de l’oranger qui impressionnait les spectateurs, bien qu’il fût déjà pratiqué avant lui.

Le Prestige de Christopher Nolan est l’adaptation du roman homonyme de Christopher Priest. Le romancier raconte dans son oeuvre, la rivalité entre deux magiciens, Alfred Borden et Robert Angier au début du 19e siècle. Il reçoit le prix World Fantasy Award en 1996 pour son roman.

Houdini le grand magicien avec Toni Curtis et Janet Leigh a été réalisé par George Marshall. Le célèbre illusionniste abandonne la magie et devient serrurier. Il revient à la magie et connaît le succès. Il défie des tours de plus en plus forts qui l’épuisent et il défie la mort. En tentant la plus difficile expérience de sa carrière, il est pris d’un malaise et mort dans les bras de sa partenaire.

The Great Houdini est un téléfilm américain de 1976 où Harry Houdini est joué par Paul Michael Glaser.

Au-delà de l’illusion est un long-métrage australien (2007) avec Catherine Zeta-Jones dont le titre original est Death Defying Acts.

Cremaster 2 met en scène le magicien Houdini interprété par Norman Mailer.

Le Monstre du train (1980). David Copperfield y a joué le rôle d’un magicien dans ce film d’horreur.